Depuis 1995, Gédéon diversifie ses expériences d’écriture et donne corps à ses idées en produisant textes de chansons, saynètes et nouvelles.

En 1998, un concours de nouvelles « Histoire à tourner » le distingue lauréat à l’unanimité des membres du jury, lequel est présidé par Agnès Varda, pour une nouvelle qu’il a écrite : Des minutes insolites, ensuite adaptée à l’écran et qui fait l'objet, en 2000 et 2001, de plusieurs diffusions sur les chaines nationales (France 3) ou européennes (RTBF).

En arrivant sur Paris, Gédéon croise la route d'Axel Rivière, humble, valeureux et talentueux violoniste. Commence alors un rigoureux travail d’arrangements que Cécile Beilvaire, surprenante violoncelliste, viendra, l'année suivante, renforcer et enrichir de sa sensibilité.

2006 marque la sortie de leur premier album ("d'ailleurs") : 10 titres originaux élégamment réunis dans un petit livret « fait maison », numérotés et signés et tiré à 500 exemplaires.

En 2011, il remporte le "Championnat du monde des Brassens" avec une interpétation goguenarde d'une chanson du grand Georges et se produit dans le cadre de l'exposition "Brassens ou la liberté" à la Cité de la Musique, à Paris.

En 2014, vient l'enregistrement du deuxième album ("Malgré tout"), disponible désormais, tout comme le premier, sur les plateformes de téléchargement. On trouve au piano et au mixage respectivement John-Guy PARK et Guillaume LEGRIS.

Aujourd’hui, Gédéon PICOT joue régulièrement accompagné de son violoniste. Sa répartie face au public amuse et désarçonne au point que d'aucuns le qualifient de clown chantant.

En marge de son activité musicale, Gédéon PICOT s'intéresse également au théâtre, sensibilise à ses enjeux et défend, depuis 2001, des textes aussi bien classiques que contemporains.

Gédéon travaille sur son 3ème album et continue de se produire sur scène au gré des rencontres qu'occasionne chacun de ses voyages.